Article épinglé

SOS essaim d'abeilles dans votre jardin

Vous venez de découvrir un essaim d'abeilles dans votre jardin ou à côté de chez vous ?  S'agit-il bien d'abeilles ?            ...

mercredi 23 novembre 2022

Prochaine réunion apicole AMOP

Réservée aux adhérents AMOP :

Bonjour à toutes et à tous,

Notre prochaine réunion Apicole aura lieu le samedi 26 novembre de 14h à 17h, complexe René Leduc, 10 rue du Père Brottier, 92190 MEUDON

L'ordre du jour est le suivant :  

- Accueil convivial : chaque api apporte à boire et/ou à grignoter ou déguster (selon pratiques sanitaires en vigueur)

- Bilan de l’année et des ruchers AMOP

- Lutte contre le frelon asiatique : retour sur les pièges à Frelon

- Partage de bonnes pratiques et Informations diverses

- processus d'inscription pour 2023

- Date AG : samedi 11 mars 2023 14h à 17h

Apicolement, 

L'AMOP 

dimanche 6 novembre 2022

L’Appel de Quimper – Actions syndicales conjointes du SNA, l’UNAF, la Confédération Paysanne et soutenues par l’association Beefriendly – A votre tour de signer l’appel

 

Appel de Quimper du 21 octobre 2022

 Actions syndicales conjointes
SNA – UNAF- Confédération Paysanne
soutenues par l’association Beefriendly

 

Liste des mesures agricoles faciles à mettre en place et à encourager d’urgence.


Pour faire face au déclin des pollinisateurs, freiner la dramatique perte de biodiversité, et relever le défi du bouleversement climatique.

Confrontés aux effets du dérèglement climatique qui s’ajoutent aux conséquences déjà mortelles des pesticides, du varroa et du frelon asiatique et conscients aussi du rôle irremplaçable des abeilles et des insectes pollinisateurs dans les productions agricoles, la production grainière et le maintien de la biodiversité, apiculteurs, agriculteurs, forestiers, élus, usagers du territoire s’unissent, en ce premier jour du Congrès européen d’apiculture pour lister des mesures agricoles d’urgence, faciles à mettre en place, favorables aux abeilles et aux pollinisateurs en grand danger aujourd’hui :

L’objectif est multiple et répond aux nombreux défis auxquels nous sommes confrontés :

  • Supprimer la dépendance agronomique et économique aux pesticides.

  • Arrêter la course à l’agrandissement des exploitations qui réduit le nombre d’agricultrices et d’agriculteurs dans les territoires.

  • Favoriser le retour des oiseaux et des chauve-souris, prédateurs naturels des “ravageurs des cultures.

  • Adapter l’agriculture au dérèglement climatique par un accroissement de la diversité végétale et la mise en place de cultures plus résistantes aux températures élevées et moins consommatrices d’eau.

  • Maintenir voire augmenter les rendements agricoles actuels dans le contexte du dérèglement climatique en favorisant la résilience des sols et de la végétation.

  • Maintenir voire augmenter les rendements agricoles actuels, en recréant des conditions de vie favorables aux abeilles et aux pollinisateurs qui permettent la production des ⅔ des fruits et légumes, la production grainière et 80% des fleurs (INRAE, mai 2014).

  • Empêcher l’érosion des terres cultivables engendrée par le ruissellement des eaux, en les retenant dans le sol des champs.

  • Végétaliser les villes pour lutter contre le réchauffement et offrir gîte et couvert aux pollinisateurs.

  • Permettre aux apiculteurs de maintenir leurs productions apicoles et favoriser le bien-être de leurs abeilles.

Les 12 mesures exigées par les signataires de l’Appel :

  1. Planter des arbres, des arbustes et des haies dans les champs cultivés et à leurs bordures pour héberger et nourrir les oiseaux, les chauves-souris, les pollinisateurs et la faune sauvage.

  2. Redécouper les immenses champs cultivés actuels en des mosaïques de parcelles cultivées plus petites séparées par des haies.

  3. Laisser les sols couverts de plantes toute l’année, en ne labourant plus les champs et en semant directement dans le sol en “semi sous-couvert”.

  4. Favoriser les essences et les plantes mellifères plus résistantes au bouleversement climatique, comme le sainfoin, la luzerne ou le mélilot.

  5. Planter des arbres mellifères à racines profondes sur la partie la plus élevée des champs, des arbustes et des haies dans les parties intermédiaires et les plus basses, et créer des talus et des baissières suivant les courbes de niveaux naturelles des terrains.

  6. Planter des végétaux mellifères et pollinifères en bordures de cultures ou en intercultures, et ne plus faucher les bordures des champs.

  7. Mieux protéger les ruisselets existants, créer des petites mares et des retenues collinaires, bordés d’arbres pour diminuer l’évaporation de l’eau, à moins de trois kilomètres des ruches afin de favoriser des microclimats plus favorables.

  8. Privilégier les prairies naturelles et soutenir l’élevage à l’herbe, moins coûteux en intrants.

  9. Stopper la déforestation et encourager la gestion de forêts diversifiées en combinant les essences (notamment favorables aux pollinisateurs) et freiner l’expansion des monocultures d’arbres résineux, fragiles, peu productives à long terme et sensibles au bouleversement climatique.

  10. Aider les agriculteurs à redéfinir leurs parcellaires et diversifier leurs productions pour augmenter significativement les infrastructures agroécologiques (mares, talus, fossés…). Et créer de nouveaux débouchés, source d’emplois sur les territoires (valorisation et bonne gestion du bocage par exemple).

  11. Soutenir par des aides la transition vers l’agriculture biologique et l’agroforesterie.

  12. Favoriser la labellisation des exploitations avec l’association Bee Friendly qui œuvre pour une reconnaissance d’une agriculture respectueuse de l’ensemble des pollinisateurs et de la biodiversité par des pratiques agricoles plus vertueuses.

Les signataires demandent une mise en place rapide et à vaste échelle, de ces mesures indispensables pour la sauvegarde des abeilles, des pollinisateurs, de la biodiversité, de l’apiculture comme de l’agriculture.

C’est notre avenir commun qui est en jeu !

Premiers signataires à l’initiative de l’Appel de Quimper :

  

Consultez l’appel en pdf 




jeudi 8 septembre 2022

 La déclaration de ruches : du 1er septembre au 31 décembre 2022

 


mardi 2 août 2022

Des surplus de traitement Varroa?

 

 Message aux adhérents : 

Si vous avez des surplus de traitement varroa,

ne les jetez pas, manifestez-vous en commentaire ici 👇
 
 
 
 PS : N'hésitez pas à prévenir quand vous n'en avez plus aussi ;)
 
 
 

samedi 30 juillet 2022

Juillet-Août : C'est le moment de traiter contre la varroose!

 
FNOSAD

NOUVEAU ! Médicaments de lutte contre le varroa : les résultats des tests d'efficacité 2021 de la FNOSAD

 Le Guide varroa & varroose de la FNOSAD en accès libre

 

 

 

 

Revoir la conférence du 17 janvier 2022 par Etienne Calais du GDSAIF 

"Comment bien choisir son traitement contre varroa ?"

 

Le GDSAIF, Groupement de Défense Sanitaire Apicole d’Ile-de-France est une association loi 1901, qui adhère à la Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales (FNOSAD). 




 Programme Sanitaire d’Élevage

 
Extrait du calendrier des traitements du PSE :
 
3.4.3 Calendrier des traitements

Au cours d'une année, on utilisera généralement un seul de ces deux médicaments suivants, soit l'APIVAR soit l'APISTAN. 
 
Il sera aussi possible d'utiliser l'APILIFE ou le MAQS en fonction des recommandations ou des connaissances scientifiques du moment. 

Le choix du traitement sera décidé en fonction des phénomènes de résistance de Varroa destructor Sur les recommandations du vétérinaire conseil et/ou de la FNOSAD (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Départementales) ainsi que des diverses publications et études sur les traitements de la varroose.
  • APIVAR ND (amitraze) :
Deux lanières d'APIVAR par ruche (une par ruchette) seront placées proche du couvain. Les lanières seront laissées au minimum 10 semaines et retirées. Il est conseillé de repositionner les lanières 5 semaines après le début du traitement et de les gratter éventuellement si elles ont été propolisées par les abeilles.

Ce traitement sera effectué le plus rapidement possible après le retrait des hausses. En fonction du taux de chute naturelle de varroas pendant l'hiver, un traitement de printemps pourra être envisagé mais le retrait des lanières devra se faire obligatoirement avant la pose des hausses.
  • APISTAN (tau-fluvalinate)
Deux lanières d'Apistan seront placées pour une ruche 10 cadres entre les cadres 3-4 et les cadres 7-8 après le retrait des hausses mi-août généralement, et laissées en place 8 semaines. Les lanières doivent obligatoirement être retirées afin d'éviter l'apparition de résistance. Comme pour l'APIVAR il est conseillé de repositionner les lanières après 4 semaines.
  • APILIFEVAR ND (thymol, huile essentielle d'Eucalyptus, Menthol)
Mettre 1 plaquette tous les 8 jours pendant 4 semaines soit 1 sachet et demi par ruche. La plaquette sera divisée en 3 ou 4 morceaux qui seront placés en périphérie du couvain sur le dessus des cadres. Cette opération sera répétée pendant 3 fois à 8 jours d'intervalle.
  • MAQS ND (acide formique)
L'acide formique détruit varroa dans le couvain fermé. Mettre 2 sachets dans une ruche dont le volume aura été augmentée à l'aide d'une hausse vide. Les conditions de température extérieure doivent être entre 14°C et
29°C. La ruche ne devra pas être ouverte pendant 7 jours. Les précautions d'emploi doivent être rigoureuses (port de gants, lunettes).
  • APIBIOXAL ND (acide oxalique)
L'acide oxalique est utilisé en période hors couvain et est proposé en traitement complémentaire du traitement principal de fin de saison.
La poudre est à diluer dans un sirop 50/50 puis à appliquer en dégouttage à la seringue entre chaque inter cadre peuplés à raison de 5 ml par inter cadre.
  • OXYBEE ND (acide oxalique)
Utiliser hors couvain.
Mélanger la poudre de saccharose à l’acide oxalique tiédi.
Verser 5ml de la solution sur chaque inter cadre, sans dépasser 54ml par colonie.
  • APITRAZ ND, (amitraz)
Deux lanières par ruche placées dans le couvain ; à laisser 10 semaines. Retrait impératif.
Traitement à effectuer après la dernière récolte.